YMAA

YMAA 2024: LA JEUNE SCÈNE ARCHITECTURALE MAROCAINE ENQUÊTE DE RECONNAISSANCE

YMAA 2024: LA JEUNE SCÈNE ARCHITECTURALE MAROCAINE ENQUÊTE DE RECONNAISSANCE 3417 1300 YMAA

La scène architecturale marocaine s’apprête à célébrer l’innovation et la créativité émergentes avec le lancement enthousiaste de la 2ème édition des Young Moroccan Architecture Awards YMAA à partir du 29 février 2024. Ces prestigieux prix, qui mettront en lumière les réalisations exceptionnelles des jeunes architectes de moins de 45 ans, seront sélectionnés par un jury national et international exclusif d’architectes émérites.

LANCEMENT DES YOUNG MOROCCAN ARCHITECTURE AWARDS (YMAA) ÉDITION 2024

Le Maroc, terre de traditions et d’innovations architecturales, accueillera avec enthousiasme le lancement de la deuxième édition des Young Moroccan Architecture Awards (YMAA) en 2024. Ces prix prestigieux, décernés par un jury composé d’architectes de renom, mettront en avant les réalisations exceptionnelles conçues par de jeunes architectes nationaux, tous âgés de moins de 45 ans. L’objectif est de célébrer la créativité émergente et de souligner l’excellence au sein de la communauté architecturale marocaine.

PRIX ET JURY SÉLECTIONNÉ POUR L’ÉDITION YMAA 2024

Les jeunes architectes les plus méritants se verront décerner des Awards dans 16 catégories différentes, et trois distinctions spéciales.

Présidé par l’éminent architecte Fikri Benadallah avec Odile Decq, sommité française de l’architecture, en tant qu’invitée d’honneur, le jury est composé d’architectes de renom qui ne manqueront pas d’enrichir le processus d’évaluation :

  • Fikri Benabdallah : architecte et président du jury
  • Odile Decq : architecte et jury d’honneur
  • Rachid Andaloussi : architecte, fondateur de Casa Mémoire
  • Débora Giorgi : architecte directrice à l’Ecole d’Architecture de Florence
  • Maria El Glaoui : architecte, directrice pédagogique de l’EAC
  • Karim Hendili : architecte – UNESCO
  • Driss Kettani : architecte
  • Youssef Melehi : architecte
  • Aziz Mennane : architecte et vice-président du CNOA
  • Fayçal Sentissi : architecte

Le processus de sélection se déroulera en deux étapes. En milieu d’année, la soirée des nominés déclarera les architectes et les projets finalistes dans chaque catégorie. Enfin, le 12 décembre 2024 aura lieu la cérémonie de remise des Awards des YMAA en présence des architectes finalistes, des architectes séniors, des institutionnels, des personnalités du monde du BTP ainsi celles des arts et de la culture.

INSCRIPTIONS OUVERTES

Les inscriptions pour les YMAA 2024 seront ouvertes, par internet, dès le 29 février 2024, via le site dédié à cet évènement : www.ymaa.ma . Cette compétition novatrice, première du genre en Afrique et dans la région MENA, souligne l’importance de la jeunesse et de la créativité dans la scène architecturale marocaine. Grâce à des partenariats stratégiques, cet événement bénéficiera d’une couverture médiatique significative, propulsant la scène architecturale émergente du Maroc dans le concert des nations.

Pour s’inscrire, visitez le site : www.ymaa.ma

À PROPOS DES YMAA :

Les Young Moroccan Architecture Awards (YMAA) visent à reconnaître et à récompenser les jeunes architectes marocains talentueux, offrant une plateforme mondiale pour mettre en lumière leurs réalisations exceptionnelles. Organisés par le Groupe Archimedia tous les deux ans, les YMAA célèbrent l’excellence et contribuent à façonner le futur patrimoine architectural du Maroc, tout en stimulant la créativité de la nouvelle génération d’architectes.

Contact presse : PRESSE@YMAA.MA / +212 522 47 43 59

LES YOUNG MOROCCAN ARCHITECTURE AWARDS DEVOILENT LEURS GAGNANTS

LES YOUNG MOROCCAN ARCHITECTURE AWARDS DEVOILENT LEURS GAGNANTS 1748 1240 YMAA

Casablanca le 6 décembre 2022 – Après une soirée mémorable, les YOUNG MORROCAN ARCHITECTURE AWARDS (YMAA) ont levé le voile sur les gagnants de leur toute première édition. Ce lundi 5 décembre, un air de fête régnait au Sofitel Casablanca Tour Blanche où, au total, 26 trophées ont été attribués pour célébrer la jeune scène architecturale du Maroc.

Les YOUNG MOROCCAN ARCHITECTURE AWARDS (YMAA) est une compétition qui met la lumière sur la jeune garde émergente des architectes marocains et leurs réalisations marquantes. Première de ce genre en Afrique et dans le monde arabe, elle est initiée et organisée par le groupe Archimedia, lui-même premier média de l’architecture et du BTP dans le continent.

Cette soirée de révélation des gagnants a primé les meilleurs projets sélectionnés par un jury d’exception composé d’architectes de renoms, dont le président n’est autre que Taoufik El Oufir dont la renommée n’est plus à refaire. Avec 80 remarquables projets nominés dans 21 catégories aussi diverses que variées et plus d’une trentaine d’architectes de émergents mis en lumière, les gagnants des différentes catégories sont :

  • Prix spécial zévaco : Tarik Zoubdi pour le projet « Concrete Phrontistery »
  • Intervention en médina : Fatimzohra Tahiri Alaoui pour la rénovation d’un Riad à Essaouira
  • Logement collectif : Younes Diouri pour le projet Horizon Hill
  • Espace culturel : Salma Dioury pour American Arts Center
  • Santé & bien-être : Sofiya Iraqi pour Ks Dental
  • Enseignement préscolaire et primaire : Youssef Lahkim pour Ecole El Farah
  • Enseignement secondaire et supérieur : Tarik Zoubdi pour le projet « Concrete Phrontistery »
  • Immobilier résidentiel individuel : Groupement IBDAA pour Villa For Loft
  • Retail et architecture commerciale : Dina Bennani pour Choco Chino
  • Loisirs et tourisme : Abdelhakim Guilmi pour maison d’hôtes H&G
  • Aménagement intérieur-décoration : Dina Bennani pour « Villa privée »
  • Espaces de gastronomie : AGA Studio pour la maison Fresh & Bio
  • Petite villa individuelle : Mounia Radouane pour villa VPDN
  • Grande demeure : Abdelhakim Guilmi pour villa KLM
  • Rénovation et réhabilitation : Mounia Radouane pour Appartement AAA
  • Espace bureaux : Lamia Hamriti pour Payment Center for Africa
  • Edifice durable et environnemental : Fatima Zahra Bendahmane pour CIE Tata
  • Architecture en bois : Younes Diouri pour ACSA Club tennis
  • Architecture éphémère​​ : Merouane Oussama Zouaoui pour dômes Tafedna
  • Première œuvre : Groupement IBDAA – Villa Albertini
  • Hors catégorie : Atelier d’architecture S+R pour équipementier automobile à Tanger.

Les résultats sont disponible en ligne : https://ymaa.ma/resultats-ymaa-22/

En sus de ces awards, 3 distinctions ont été alloué pour le bâtiment de l’année avec le projet du CIE de Tata par Fatima-Zahra Bendahmane. Le coup de cœur du public avec le projet Canary Garden de Youssef Benjelloun. Et finalement le prix Archimedia avec le projet du Musée Ibn Batouta à Tanger de Ghita Adyel.

Les étudiants architectes ne sont pas en reste puisque ont eux aussi été primés grâce au meilleur PFE féminin gagné par Lina Meskine pour « La narration en architecture »et le meilleur PFE masculin remporté par Fatmi Achraf Merzouk pour « Vers une architecture hospitalière : centre hospitalier du Bouregreg ».

Deux mentions spéciales ont été attribuées à deux PFE :  une mention spéciale pour l’innovation le prix a été attribué à Zineb Lemseffer pour son PFE intitulé « A interpréter » ; ainsi qu’une mention spéciale pour l’excellence à Sofia El Alami pour « Kobenhavn Conference Hall ».

Célébrant l’architecture au Maroc, ce gala de grande ampleur a su réunir des acteurs de renom dans le domaine de l’architecture et de la construction au Maroc. Témoignages, partages d’expériences, et ambiances chaleureuse bercée une musique jazz ;  ont été au rendez-vous dans cette soirée où confrères et consœurs se sont réuni pour célébrer l’architecture au Maroc.

Contact presse :

Fatima Zouiden – 0618 74 88 02

presse@ymaa.ma

Hamza Mellouki

Interview avec Hamza Mellouki, directeur général de Batiplus21

Interview avec Hamza Mellouki, directeur général de Batiplus21 585 485 YMAA

En tant que sponsor que représente pour vous la 1ère édition des Young Moroccan Architecture Awards ?

Hamza Mellouki : « A mes yeux la 1ère édition des YMAA est un évènement à ne pas rater, et qui je l’espère deviendra incontournable. Il s’agit d’une superbe vitrine pour l’architecture en particulier et le secteur du BTP en général. En récompensant les projets réalisés au Maroc, les YMAA mettent en lumière le potentiel architectural marocain et permet de tirer le secteur vers le haut. C’est également une initiative qui incite les acteurs du domaine à s’inscrire dans la rupture et l’innovation. C’est donc tout naturellement que nous avons décidé de prendre part à cet évènement, afin d’encourager cette dynamique et la nouvelle génération d’architectes. »

Comment définiriez-vous l’architecture contemporaine au Maroc ?

H.M : « Je définirais l’architecture contemporaine marocaine comme moderne mais puisant son inspiration dans l’héritage culturelle très riche que nous avons au Maroc. C’est également une architecture plus engagée, consciente de son impact sur son environnement et qui tente de répondre aux mieux aux grandes problématiques de son temps que sont la préservation et la valorisation du patrimoine existant et la réduction de l’empreinte écologique des bâtiments. »

Que pensez-vous de la nouvelle et jeune génération d’architectes marocains ?

H.M : « C’est une génération ambitieuse et qui ose imposer son style. Elle est composée d’architectes très engagés qui veulent donner du sens à ce qu’ils font, mais c’est aussi une génération très rigoureuse, créative et passionnée qui porte fièrement les couleurs du Maroc à l’international. »


Propos recueillis par La rédaction

Pour plus d’informations sur les Young Moroccan Architecture Awards, rendez-vous sur : www.ymaa.ma

Les Young Moroccan Architecture Awards révèlent leurs nominés

Les Young Moroccan Architecture Awards révèlent leurs nominés 2560 1707 YMAA

Casablanca, le 21 octobre 2022. Les YOUNG MOROCCAN ARCHITECTURE AWARDS (YMAA), premiers awards d’architecture au Maroc, en Afrique et dans la région MENA récompensant les projets de la génération montante d’architectes, ont levé le voile, le jeudi 20 octobre 2022 sur les réalisations nominées. Une cérémonie de révélation des projets et de leurs architectes a été organisée lors d’une soirée ambiancée au Park Expo – Anfa Park. Au total 21 catégories ont été mises à l’honneur lors de cette toute première édition.


Fondé par le Groupe Archimedia, les Young Moroccan Architecture Awards (YMAA) est une compétition nationale d’envergure internationale qui vise à mettre en lumière les réalisations architecturales majeures de typologies diverses, petites et grandes conçues pas de jeunes architectes du Maroc.

Avec plus d’une centaine de candidatures reçues, 80 remarquables projets ont été nominés pour leurs qualités architecturales et urbanistiques. Plus d’une trentaine d’architectes de renom ont été mis en lumière lors de cette soirée et leurs réalisations révélés au public.

En sus de ces awards, 3 prix seront alloués aux projets selon les distinctions : bâtiment de l’année, coup de cœur du public et prix Archimedia. La mise en lumière des étudiants architectes brillants sera aussi de rigueur avec le meilleur PFE féminin et le meilleur PFE masculin.

Un enchevêtrement de catégories aussi diverses que variées

Un patchwork de catégories englobant différents domaines de l’architecture a été mis en avant dans cette édition. Allant de l’intervention en médina jusqu’aux espaces gastronomique en passant par la santé et l’enseignement ou encore le retail et l’architecture commerciale. Les projets sélectionnés émanent d’une nouvelle génération d’architectes qui regorge d’imagination, de maîtrise d’œuvre et d’inventivité.

Lumière sur le patrimoine

En tant que civilisation riche en histoire, l’architecture du patrimoine est mise en lumière dans cette édition avec une catégorie dédiée aux interventions en médina. Cette dernière intègre toute construction, rénovation ou réhabilitation intervenant dans les tissus anciens des centres historiques comme les médinas ou les Kasbahs.

Ode au béton

Un hommage est aussi rendu au grand architecte Jean-François Zevaco à travers la catégorie « Prix Zevaco ». Cette dernière intègre les bâtiments faisant usage du béton, quelle que soit leur nature dans un usage esthétique ou structurel.

Des partenaires de renoms

La compétition Young Moroccan Architecture Awards est soutenue par des partenaires de renoms. Allant de partenaires institutionnels tels que l’Università Degli Studi di Firenze en Italie, première université d’architecture au monde, l’UNESCO, jusqu’aux partenaires médias internationaux et nationaux à l’image de la revue ‘A’A’, d’a, Muuuz ou encore 2MTV et Le Matin.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur : https://ymaa.ma/nomines/

LES YOUNG MOROCCAN ARCHITECTURE AWARDS (YMAA) SONT DE RETOUR POUR RÉCOMPENSER LA CRÉATIVITÉ DES JEUNES ARCHITECTES MAROCAINS.

LES YOUNG MOROCCAN ARCHITECTURE AWARDS (YMAA) SONT DE RETOUR POUR RÉCOMPENSER LA CRÉATIVITÉ DES JEUNES ARCHITECTES MAROCAINS. 1920 1080 YMAA

Casablanca le 18 avril 2022 – C’est le grand retour des Young Morroccan Architecture Awards ! Annulée à cause de la pandémie de la COVID 19 et de la situation sanitaire qui en résultait, la première édition des YMAA, prévue en 2020, n’a malheureusement pas pu voir le jour. Aujourd’hui, et après deux années de travail et de recherche, le Groupe Archimedia annonce une nouvelle « première » édition, pleine de surprises, de nouveautés, et de rebondissements, les YMAA 2022.

Une première, dans le continent africain et dans la région MENA, les YMAA font partie de ces évènements marquants de l’architecture marocaine à portée internationale.

A l’aube du 21ème siècle, la pratique architecturale au Maroc est en train de connaître un tournant décisif. Une frange de plus en plus importante de la population fait appel aux services des architectes que ce soit pour la conception de leur domicile privé, le siège de leur société ou encore pour l’aménagement de leurs commerces ou de leur cabinet médical.

Plus que jamais, les architectes sont aux premières loges pour intéresser les chalands à fréquenter les centres commerciaux, les touristes à passer leurs vacances dans les hôtels et autres resorts, les gourmets à fréquenter des restaurants où le confort et l’esthétique sont aussi importants que la gastronomie, les investisseurs à rénover les édifices patrimoniaux…etc.

Par ailleurs l’ouverture de nouvelles écoles publiques et privées nationales d’architecture a été suivie par un engouement vers cette carrière et une meilleure reconnaissance de ce métier auprès de la population.

Conséquence : la typologie de la population des architectes connaît actuellement un changement notable avec une diminution de l’âge moyen des praticiens puisque, chaque année, des centaines de jeunes lauréats intègrent le marché du travail.

Aujourd’hui, il est nécessaire d’honorer ces praticiens, de stimuler leur créativité, de reconnaître les particularités et centres d’intérêt de chacun d’eux, mais également de donner aux plus talentueux la reconnaissance nationale et internationale qu’ils méritent.

C’est pourquoi le groupe Archimedia, fort de ses vingt ans d’expérience et d’engagement permanent envers les architectes, a décidé de lancer les Young Moroccan Architecture Awards, YMAA afin de reconnaître l’excellence des pratiques architecturales au Maroc.

La fête de la créativité est lancée, elle permettra à des centaines de jeunes architectes de moins de 45 ans de faire connaitre à un large public, via les médias nationaux et internationaux, les projets innovants qu’ils ont conçus, intéresser de nouveaux clients et marquer ainsi les tendances.

Ainsi les architectes les plus méritants recevront des Awards et distinctions, dans une trentaine de catégories. Deux prix récompenseront les PFE des étudiants marocains en fin de cursus universitaire dans les écoles architecture nationales comme étrangères.

Le jury présidé par un architecte de renom, Taoufik El Oufir, sera composé d’éminents autres professionnels aussi bien du Maroc que d’Italie ou de France. Christian de Portzamparc, architecte du grand théâtre de Casablanca sera l’invité d’honneur de ce jury.

Les inscriptions sont désormais ouvertes jusqu’au 18 mai 2022 sur le site internet www.ymaa.ma/inscription  


Mounia Radouane signera la conception du trophée des YMAA

Mounia Radouane signera la conception du trophée des YMAA 1024 681 YMAA

En tant que jeune architecte, que vous suggèrent les YMAA ?


Mounia Radouane : L’audace, la création et la qualité architecturale qu’offrent les jeunes architectes marocains.
Ce sont des valeurs auxquelles je crois profondément et auxquelles on ne peut qu’adhérer et défendre. C’est important que les architectes puissent au travers de ses prix reconnaître ce qui fait la puissance d’un projet, qu’il soit à une grande ou à une petite échelle. La finalité étant la retransmission au grand public.

Vous avez été choisie pour faire concevoir le trophée des YMAA dont le cahier des charges stipule qu’ils doivent être en béton. Ce matériau vous parle-t-il ?


M.R : Je m’intéresse à toutes sortes de matériaux, mais ce qui me fascine dans le béton, c’est le processus de sa naissance à sa transformation. Tout se joue lorsqu’on coule dans une banche le sable, le béton et le ciment. On voit alors apparaître aussitôt un tableau des plus intenses, dans lequel on aimerait s’immerger. C’est à la fois poétique et surréaliste de penser un objet à partir d’un matériau liquide qui se stratifie. 

Il y a quelques années, j’ai conçu ma première collection de luminaires en béton dans mon studio à Paris. M’intéressant depuis toujours à toutes sortes de matériaux, c’est le béton qui m’a séduit par ce qu’il a pu m’apporter en liberté créatrice, m’ouvrir à l’infini. Il est juste de dire que le béton est un matériau noble au même titre que le bois brut et l’acier. 

Quelle sera votre source d’inspiration, puisque votre travail va impacter durablement la scène architecturale ?


M.R : Tout d’abord, je tire mon inspiration de ce qui m’entoure : les gens, l’évolution de la société, la musique, la beauté d’un édifice. En architecture, la notion de proportion s’est vue étudiée de différentes façons, et ce, depuis l’Antiquité. Ce qui m’a mené au nombre d’or. Cette proportion serait à l’origine de toute œuvre d’art. C’est en effet grâce à ce système rationnel de proportions, qui régit toutes les règles de construction, que j’ai pu concevoir le trophée monolithe. Après avoir expérimenté plusieurs formes et plusieurs hauteurs, l’idée d’une forme simple m’est paru évidente, en suivant les proportions du nombre d’or des Égyptiens. C’est une leçon fantastique. 

On trouve cette proportion dans l’ordinaire de la vie. La nature se compose à partir de cette même forme mathématique qui représenterait la « proportion divine » ; c’est-à-dire la proportion idéale, équilibrée et agréable pour l’œil humain. 

En tant qu’architecte designer allez-vous participer aux YMAA ?


M.R : Je suis très honorée de faire découvrir cette année au grand public ma nouvelle création. Selon moi, la rencontre d’un architecte ou d’un designer avec d’autres personnes du même milieu, ainsi que le partage qui en découle permet, en quelque sorte, le tissage d’une toile commune, d’une œuvre collective. Les personnes que j’ai pu rencontrer ont accru mon sens éthique et renforcées ma passion pour l’architecture et le design. Deux éléments que l’on espère durable, et puissent-ils ne jamais rompre avec l’esprit de finesse.

Propos recueillis par La Rédaction


Pour plus d’informations sur les Young Moroccan Architecture Awards, rendez-vous sur : www.ymaa.ma

Interview avec Hanae Bekkari, Architecte, Membre du jury YMAA

Interview avec Hanae Bekkari, Architecte, Membre du jury YMAA 984 965 YMAA

Hanae Bekkari, architecte : l’architecture est la discipline, par excellence, pour laquelle l’expression,  » le talent n’attend point le nombre des années « , revêt toute sa dimension.

Que vous suggèrent les Young Moroccan architecture Awards ? 

Hanae Bekkari : « Un concours dédié pour les jeunes marocains, au Maroc et à l’étranger est une première. L’architecture au Maroc a des spécificités qui lui sont propres, malgré toute la diversité du pays aux régions du littoral maritime, océanique et méditerranéen, aux régions montagneuses, allant des zones colinéaires aux zones enneigées toute l’année, des plaines fertiles aux zones désertiques…
Le Maroc garde aussi le témoignage des cités antiques, et renferme des médinas encore vibrantes de vie, des villages construits avec des matériaux locaux pour lequel le savoir-faire existe encore, et tous ces tissus interpellent car ils définissent des microcosmes de villes exprimant des valeurs de cohésion, du politique, du social et de l’art. A travers les murs, on peut lire des réponses aux grands défis de demain, que cela soit la maison à cour, ou la maison en terre et en pierre, comme pour la distribution spatiale poétique qu’offre chaque type de maison.
Et l’identité marocaine, sa culture, transparaît à travers l’architecture, avec les valeurs qui en émanent. A titre d’exemple, un espace qui compose essentiellement la maison marocaine est ce fameux salon marocain, dont la taille et la forme diffèrent, mais qui exprime un espace toujours prêt à accueillir les invités à n’importe quel moment de la journée, pour un verre de thé, pour un repas, ou pour passer la nuit; cela est donc un espace qui exprime la valeur de l’hospitalité marocaine, comme d’ailleurs le takat dans les zones montagneuses, qui définit  le feu, la cuisine  mais aussi le foyer avec ses valeurs fraternelles.


Ces générations devraient être imprégnées de ces valeurs et les projeter dans le futur, libre à eux de revenir au passé, de le continuer ou de le remettre en cause, tout le débat est là !

Hanae Bekkari


L’architecture est la discipline, par excellence, pour laquelle l’expression,  » le talent n’attend point le nombre des années « , revêt toute sa dimension.
L’imagination fertile, la créativité, avec la recherche de la concrétisation des rêves, la recherche d’une technicité, de matériaux et comme destinée l’Homme dans toute sa grandeur. L’architecte est à la recherche de solutions pour trouver le confort à l’échelle de la ville, dans les équipements structurants, dans les différentes composantes de la ville citadine, comme dans le monde rural, pour répondre aux maux sociaux et formuler des réponses spatiales palpables.

La compétition n’exige pas des projets faits à la hâte, ce sont des projets réalisés, mais longuement réfléchis. Nous aurons donc un grand éventail de projet, avec des architectes entre 24 et 45 ans,  certains sont fraichement diplômés, alors que d’autres atteignent les 20 années d’expérience. 
Les productions et compétences marocaines sont méconnues du grand public. Ici, elles seront mises en avant, pour décomplexer les structures qui font encore appel aux étrangers dès qu’il s’agit d’un projet important, cela permettra aux jeunes de prendre confiance en eux avant tout et permettra de les valoriser, et c’est un grand défi que lance le groupe Archimedia.

Ce concours revêt la forme d’une foire de projets qui suscitent un intérêt dans les réponses apportées dans les divers domaines, cela servira de support pour débattre des approches pour chaque type de projet, sachant que les problématiques sont relevées à l’échelle internationale, et selon les spécificités locales.

Je suis certaine que l’architecte marocain doit être écouté pour les valeurs qu’il transporte, c’est un architecte qui s’exporte aussi, on le retrouve participant à de grands projets internationaux, parfois dans l’ombre de grands cabinets et il est temps de faire valoir ses capacités et ses créations qui sont, sans aucun doute, des réponses aux grandes problématiques de demain ».

Pourquoi avez-vous accepté la proposition des organisateurs de faire partie des membres du jury

H.B : « Être membre du jury me permettrait de voir une grande diversité de projets réalisés par des marocains. J’habite à Tanger où j’exerce en tant qu’architecte engagée à travers mes projets et mes activités associatives qui vont dans le sens de l’amélioration du cadre bâti et dans la réconciliation des usagers avec la ville, mon passé est porteur de tout un état d’esprit car j’ai été orientée très tôt par ma famille dans l’amour du pays et dans le sens de l’engagement. Puis l’enseignement au Maroc dont j’ai bénéficié à l’ENA allait me propulser dans un monde passionnant à la quête d’une architecture spécifiquement marocaine.  Mes stages ont aussi été déterminants et formateurs, que cela soit dans les médinas, ma participation durant plusieurs années  au sein d’une équipe pluridisciplinaire, dans le Haut Atlas, avec l’Unicef et le PNUD, tout cela a été déterminant pour moi.
Des architectes marocains m’ont servi de modèles dans l’exercice de ma fonction, Jean-François Zevaco  et  Fouad Beqqali, qui m’ont encouragé à plonger dans le monde fascinant de l’exercice du métier. Actuellement, mes projets sont très diversifiés, tout en gardant mon engagement bénévole pour lequel je suis assignée en faveur de la ville et des citoyens.

J’espère que mon profil complétera les autres membres du jury pour un concours original qui invite non pas à établir dans l’urgence un projet adéquat, mais plutôt à recueillir des projets bien réfléchis. Ce qui nous donnera l’occasion d’analyser des projets d’architecture conçus  par des marocains et faire émerger les fondements d’une architecture marocaine pour le monde de demain.

La critique architecturale relève d’un vocabulaire particulier, qui conjugue plusieurs sciences et domaines de l’art. Pour ce concours, la complexité d’approche est telle, que le groupe Archimedia a fait fédérer des structures nationales et internationales, pour enrichir le débat, avec notamment les ministères de l’habitat, de la culture, les écoles d’architecture, nationales et internationales, l’Unesco, ainsi que l’ordre national des architectes qui gère tous les problèmes auxquels sont confrontés les architectes dans l’exercice de leur métier.

Ainsi, Archimedia contribue à travers cet événement et cette organisation à montrer la complexité d’approche de la critique architecturale, tout en proposant une plateforme pour le recueil de réponses intelligentes aux interrogations soulevées par les villes de demain, en tout cas, le débat s’annonce passionnant ».

Propos recueillis par La Rédaction

Pour plus d’informations sur les Young Moroccan Architecture Awards, rendez-vous sur : www.ymaa.ma

Les  inscriptions des Young Moroccan Architecture Awards (YMAA) se poursuivent jusqu’au 20 septembre 2020

Les  inscriptions des Young Moroccan Architecture Awards (YMAA) se poursuivent jusqu’au 20 septembre 2020 1920 1080 YMAA

Casablanca le 10 septembre 2020 – A l’aube du 21ème  siècle, la pratique architecturale au Maroc est en train de connaître un tournant décisif. Une frange de plus en plus importante de la population fait appels aux services des architectes que ce soit pour la conception de leur domicile privé, le siège de leur société ou encore pour l’aménagement de leurs commerces ou de leur cabinet médical.


Plus que jamais, les architectes sont aux premières loges pour intéresser les chalands à fréquenter les centres commerciaux, les touristes à passer leurs vacances dans les hôtels et autres resorts, les gourmets à fréquenter des restaurants où le confort et l’esthétique sont aussi importants que la gastronomie, les investisseurs à rénover les édifices patrimoniaux…etc.

Par ailleurs l’ouverture de nouvelles écoles publiques et privées nationales d’architecture a été suivie par un engouement vers cette carrière et une meilleure reconnaissance de ce métier auprès de la population.

Conséquence : la typologie de la population des architectes connaît actuellement un changement important avec une diminution de l’âge moyen des praticiens puisque, chaque année, des centaines de jeunes lauréats intègrent le marché du travail.

Aujourd’hui, il est nécessaire d’honorer ces praticiens, de stimuler leur créativité, de reconnaître les particularités et centres d’intérêt de chacun, mais également de donner aux plus talentueux la reconnaissance nationale et internationale qu’ils méritent.

C’est pourquoi le groupe Archimedia, fort de ses vingt ans d’expérience et d’engagement permanent envers les architectes, a décidé de lancer les Young Moroccan Architecture Awards, YMAA afin de reconnaître l’excellence des pratiques architecturales au Maroc.

La fête de la créativité est lancée, elle permettra à des centaines de jeunes architectes de moins de 45 ans de faire connaitre à un large public, via les médias nationaux et internationaux, les projets innovants qu’ils ont conçus, intéresser de nouveaux clients et marquer ainsi les tendances.

Ainsi les architectes les plus méritants recevront des Awards dans un éventail de 32 catégories et 3 distinctions. Deux prix récompenseront les PFE des étudiants marocains en fin de cursus universitaire dans les écoles architecture nationales comme étrangères.

Le jury présidé par un architecte de renom, Taoufik El Oufir, sera composé d’éminents autres professionnels aussi bien du Maroc que d’Italie ou de France. Christian de Portzamparc, architecte du grand théâtre de Casablanca sera l’invité d’honneur du jury.

Les inscriptions sont désormais ouvertes jusqu’au 20 septembre 2020 sur le site internet www.ymaa.ma


Interview avec Taoufik El Oufir, Architecte, Président des YMAA 2022

Interview avec Taoufik El Oufir, Architecte, Président des YMAA 2022 737 503 YMAA

Depuis trente-cinq ans, Taoufik El Oufir creuse un sillon respectueux de l’héritage national pour y semer des architectures contemporaines. Architecte moderne, optant pour des espaces de liberté créative il est ouvert aux expériences urbaines, architecturales et artistiques. Il a accepté de présider le premier jury international des YMAA, Young Moroccan Architecture Awards.

« Cette compétition, qui est une première en Afrique, est un grand hommage à la production architecturale marocaine »

Taoufik El Oufir

Que vous suggère cette initiative des Young Moroccan Architecture Awards, YMAA ?

Taoufik El Oufir : « Cette compétition, qui est une première en Afrique, est un grand hommage à la production architecturale marocaine car elle mettra en valeur la réalisation d’une œuvre par les jeunes architectes de moins de 45 ans comme elle mettra également en exergue les projets de fins d’études des futurs jeunes architectes.
Le côté positif de cette initiative est le fait d’encourager « la créativité » reconnaissable dans les projets présentés par les jeunes architectes et les faire connaitre à un large public, via les médias et les réseaux sociaux, une façon de les récompenser et valoriser leur potentiel caché.
Pour les jeunes lauréats, c’est une opportunité de les motiver et booster leur carrière. Ils pourront mentionner cette compétition dans leur CV qui, j’espère, leur ouvrira à bras ouvert le monde du travail ».

Vous êtes un des architectes talentueux qui ont marqué l’espace architectural marocain, pensez-vous que la jeune relève architecturale est là ?

T.E.O : « Evidemment que la relève est là. Ces jeunes architectes ont la plupart du temps effectué des stages dans des cabinets de grande renommée pendant leur cursus scolaire. Personnellement j’ai toujours ouvert mon agence aux étudiants car je considère que mon bureau n’est pas fait uniquement pour exercer une bonne architecture valorisant mon pays mais de transmettre également un savoir-faire de qualité et une culture architecturale au profit des générations futures. Ceci m’a déjà permis de sentir de plus près un grand talent, une ambition farouche et des idées débordantes de créativité chez de jeunes architectes dont je suis infiniment fier.
Le savoir acquis durant ces mois de travail leur permet une fois diplômés de s’intégrer facilement et parfaitement dans le monde du travail avec une grande richesse d’expérience leur permettant d’inscrire, à leur tour, leur projet dans le patrimoine de demain.
L’architecture, aujourd’hui, a muté.  A part la maitrise du métier (conception, créativité et respect des règles générales de l’architecture), le jeune architecte doit également porter la lourde charge de responsabilité de son œuvre et relever les défis nombreux qu’il ou qu’elle rencontrera durant sa vie professionnelle »

Vous êtes le premier président de jury des YMAA, un rendez-vous qui va devenir bi annuel; quelles qualités doivent porter les projets pour être éligibles aux premières nominations ?

T.E.O : « Tout d’abord cela m’honore d’être le premier président de ce jury et je vous en remercie. Le projet, pour qu’il soit éligible aux premières nominations, doit réunir à la fois de la création artistique et du raisonnement scientifique. Le jury voudra connaitre d’abord la philosophie de pensée du projet, la technique utilisée et si la réalisation a laissé une empreinte indélébile dans le paysage urbain. D’une idée abstraite au départ, le jeune architecte devra avoir fait naître un projet ambitieux qui sera s’inscrit dans le patrimoine marocain.

De plus, je considère que la réussite d’un projet architectural est intimement liée  au respect de l’environnement ceci passe absolument par l’intégration des divers procédés de développement durable dans toute les phases de conception du projet, que j’espère retrouver  dans la production architecturale qu’on aura l’honneur d’examiner. Et je ne vous cache pas en tant que militant de l’intégration de la durabilité  en architecture  j’estime que ça aura un grand impact quant à l’évaluation des projets ».

Propos recueillis par La Rédaction

Pour plus d’informations sur les Young Moroccan Architecture Awards, rendez-vous sur : www.ymaa.ma

Interview avec Karim Rouissi, architecte – enseignant EAC, membre du jury des YMAA

Interview avec Karim Rouissi, architecte – enseignant EAC, membre du jury des YMAA 1030 570 YMAA

Pour Empreinte d’Architectes, l’agence qu’il a fondé avec Badr Bouzoubaa, Karim Rouissi propose une nouvelle voie d’exploration de la modernité d’aujourd’hui. La tradition devient un socle – ou simplement une empreinte – sur lequel s’appuie un processus dont l’esthétique est l’aboutissement et non pas l’objet. Membre du jury des YMAA il nous confie ses impressions.

Que vous suggèrent les Young Moroccan Architecture Awards ? Karim Rouissi : « Les Young Moroccan Architecture Awards sont une occasion de mettre sous les projecteurs l’architecture contemporaine au Maroc, une opportunité de révéler son pluralisme et la variété de ses modes d’expressions. Mais aussi une opportunité pour les jeunes architectes qui ont besoin aujourd’hui d’une reconnaissance locale et à l’international ».

« Les YMAA sont une opportunité pour les jeunes architectes qui ont besoin de reconnaissance »

En tant qu’enseignant comment voyez-vous les futurs jeunes architectes ? K.R : « Il s’agit d’une génération certainement plus décomplexée sur la question identitaire et moins portée sur le symbolisme et l’historicisme de la postmodernité que la génération précédente. Toutefois, ces jeunes architectes sont confrontés à d’autres interrogations imposées par les crises climatique, sociale et économique.

Je pense que la multiplication des écoles d’architecture, l’augmentation du nombre d’architectes, la généralisation des concours et la professionnalisation des maitrises d’ouvrages vont impérativement favoriser l’émulation entre architectes et contribuer à l’émergence de nouvelles expressions architecturales ».

L’école dans laquelle vous enseignez est partenaire des YMAA. Que vous apporte ce partenariat et que lui apportez-vous ? K.R : « Les YMAA sont une opportunité pour nous à l’école d’architecture de Casablanca, les projets soumis au jury constitueront un important corpus qui permettra de mieux appréhender les différentes problématiques et questionnements qui animent l’architecture contemporaine au Maroc.

D’autre part, la présence des écoles d’architecture de Florence et de Casablanca apportera incontestablement un éclairage théorique important pour compléter le regard des architectes praticiens, maîtres d’ouvrages et journalistes professionnels de l’architecture présents dans ce jury ».

Propos recueillis par Fouad Akalay

Article publié sur www.chantiersdumaroc.ma

Privacy Preferences

When you visit our website, it may store information through your browser from specific services, usually in the form of cookies. Here you can change your Privacy preferences. It is worth noting that blocking some types of cookies may impact your experience on our website and the services we are able to offer.

Ce site utilise des cookies, y compris les cookies tierce partie, pour améliorer ses fonctionnalités et l’utilisation du site, mais aussi à des fins d’analytique web et de marketing ciblé. En continuant votre consultation sur ce site vous acceptez l’utilisation que nous faisons des cookies.